Journées du Collège 2006 – Tours – 16-18 Mars – Distribution des facteurs de transcription Pax6, Dlx, Nkx2.1, Olf1 et du peptide MCH dans le diencéphale ventral de rat au cours du développement

Distribution des facteurs de transcription Pax6, Dlx, Nkx2.1, Olf1 et du peptide MCH dans le diencéphale ventral de rat au cours du développement – C. Amiot*, D. Colin, G. Bernard-Franchi, F. Poncet, D. Fellmann*, P.Y. Risold

Université de Franche-Comté, EA 3922, Faculté de Médecine et de Pharmacie,* Service de Génétique, Histologie, Biologie du Développement et de la Reproduction, CHU Saint-Jacques Place Saint-Jacques, 25030 Besançon cedex

Dans le diencéphale de rat adulte, les neurones producteurs de l’hormone de mélano-concentration (MCH ) sont souvent considérés comme exclusivement localisés dans l’hypothalamus latéral, pourtant leur distribution est plus complexe. L’analyse de leur ontogenèse montre qu’ils naissent de la même région du neuroépithélium germinatif en un pic très large du 10 ème au 16 ème jours de vie embryonnaire. Ainsi, ces observations anatomiques et ontogénétiques permettent de décrire une région située entre le fornix et le faisceau mamillo-thalamique, caractérisée par la distribution des péricaryons MCH et appelée « zone à MCH ». Cependant, le concept de « zone à MCH » s’accommode mal des frontières neuroanatomiques classiques et il est en contradiction avec l’hypothèse de neurogenèse de l’hypothalamus en trois vagues successives à l’origine respectivement des zones latérale, médiane et périventriculaire.

Cette étude visait à a rgumenter la spécificité de la mise en place de cette structure unique en confrontant la distribution des neurones à MCH aux territoires d’expression de certains gènes du développement impliqués dans la mise en place du diencéphale (Pax6, Nkx2.1, Dlx et Olf1).

Ce travail a été effectué sur des cerveaux d’embryons de rats au 13 ème et au 14 ème jours de vie embryonnaire. Les cerveaux, préalablement fixés dans du paraformaldéhyde à 1%, ont été congelés puis débités au cryostat selon un plan de coupe horizontal par rapport au prosencéphale. Des études d’immunohistochimie indirecte ont ensuite été réalisées avec des anticorps anti-MCH, -TH (Tyrosine Hydroxylase), -Pax6, -Nkx2.1, -Dlx, -Olf1, ainsi que des expériences d’hybridation in situ avec une sonde ARN complémentaire de l’ARN messager Olf1.

Les premiers neurones à MCH différenciés ont été observés dans une fine bande de tissu exprimant Nkx2.1 et Dlx, mais n’exprimant ni Pax6, ni Olf1. Ce territoire était également caractérisé par le passage des premiers axones TH-positifs, issus des neurones dopaminergiques mésencéphaliques.

Ces résultats préliminaires suggèrent que la « zone à MCH » naîtrait et se différencierait dans un territoire caractérisé par l’expression d’une combinaison de facteurs de transcription.

Nous poursuivons actuellement ce travail par l’analyse de l’expression de ces facteurs à des stades plus précoces et plus tardifs du développement embryonnaire, ainsi que par l’étude d’autres facteurs de transcription qui pourraient être plus spécifiques de cette région d’intérêt.