Journées du Collège 2003 – Dourdan VIII – 20-22 Mars – Non disjonction chromosomique, trisomie 21 et méiose

Non disjonction chromosomique, trisomie 21 et méiose

M.O. North**, M. Gonzales**, L. Telvi*, J.P. Barbet*.
E.Mail : mo.north@teso.net ou north.mo@nomade.fr

La trisomie 21 apparaît après une non-disjonction (ND) méiotique du chromosome 21 d’origine maternelle dans environ 90% des cas soit après la première division méiotique (67.5%), soit après la seconde (22.5%). De récentes approches moléculaires et cytogénétiques commencent à expliquer les mécanismes de ND provoquant les aneuploïdies. Plusieurs études de recombinaison méiotique par techniques de biologie moléculaire ont identifié différents schémas de crossing-overs (c-o) augmentant le risque de ND : (1), absence de c-o ; (2), diminution du nombre de c-o avec des c-o plus distaux ; (3) augmentation du nombre de c-o avec des c-o très proximaux. L’absence de recombinaison favorise les ND après la première division méiotique et l’excès, les ND de la deuxième division méiotique. Au stade diacinèse de la première division méiotique, les chiasmas forment la conséquence cytogénétique visible des c-o. Ainsi par comptage direct des chiasmas, il est possible d’étudier les altérations des échanges méiotiques conduisant à l’apparition de trisomies 21. Et ces études d’ovaires fœtaux non porteurs d’anomalies méiotiques sont d’autant plus importantes qu’il a été maintenant démontré que tout événement apparaissant au cours de la première division méiotique influence les évènements se déroulant plusieurs dizaines d’années plus tard (comme la ségrégation lors de la deuxième division méiotique). D’autre part, les femmes trisomiques 21 sont fertiles et il a été montré que le chromosome surnuméraire peut se diviser en deux chromatides à la première division méiotique, augmentant ainsi le risque d’aneuploïdie. Nous avons donc également entrepris l’étude d’ovaires de fœtus trisomiques 21.

Nous présentons ici, les résultats préliminaires de notre groupe après Hybridation in situ avec des sondes de peinture chromosomique des noyaux de cellules germinales en première division méiotique issues d’ovaires de fœtus à caryotype somatique normal et de fœtus trisomiques 21.